La plupart des entreprises – si ce n’est toutes – impliquent aujourd’hui une sorte de chaîne d’approvisionnement. Même si une entreprise n’opère pas directement au sein de cette industrie, elle suit des procédures plus ou moins similaires. De l’achat d’équipements à la livraison de produits et de services, la chaîne d’approvisionnement est un processus nécessaire qui assure le bon déroulement des opérations.

1.  Recours au SCADA 

Les chaînes d’approvisionnement, en particulier dans les grandes entreprises, sont extrêmement difficiles à surveiller. De multiples facteurs entrent en jeu, et superviser tout en même temps peut s’avérer être une tâche herculéenne. Comme solution, la direction se tourne généralement vers la technologie afin de conserver l’efficacité de l’entreprise tout en ayant un système dédié pour les autres processus de la chaîne d’approvisionnement en place en même temps.

Les systèmes SCADA sont particulièrement adéquats à ce genre de situations, car ils permettent de contrôler les processus industriels dans des endroits locaux ou même éloignés. Dans la chaîne d’approvisionnement, une installation de stockage ou un entrepôt fait partie intégrante de l’usine principale et le fait de pouvoir contrôler les processus dans tous les endroits à partir d’une seule plateforme dédiée est une solution garantissant efficacité et efficience. Mais comme toujours, les défis sont toujours présents.

2. Défis à prendre en compte

2.1. Contrôle de la plateforme SCADA

Le contrôle d’une plateforme SCADA doit tenir compte des risques physiques environnant son emplacement ainsi que le temps de réponse des réparations et de la maintenance. Le point essentiel à retenir est que le choix de l’emplacement du contrôle central dépend également d’autres éléments tels que l’infrastructure du réseau et le champ d’application.

En revanche, toutes les entreprises ne sont pas immédiatement en mesure de jeter les bases de systèmes de réseau très avancés- ce qui signifie qu’il peut y avoir une forte possibilité de perturbations et de retards lorsqu’il s’agit de contrôler la plate-forme SCADA depuis le Data Center. Un centre de contrôle local est donc l’option la plus envisageable.

2.2. Cyber-sécurité et SCADA

De bonnes pratiques de sécurité SCADA sont donc à instaurer, notamment l’utilisation d’une plate-forme de surveillance, la transmission automatique des données de journal et la mise en place d’un système de détection des intrusions. Tous ces éléments peuvent servir de prévention ou de sauvegarde. Étant donné que les chaînes d’approvisionnement fonctionnent sur différents sites, le renforcement de la sécurité est d’autant plus vital.

2.3. Mobilité

La mobilité doit également être prise en compte, car une partie considérable de la main-d’œuvre des chaînes d’approvisionnement est mobile pendant les opérations. Le passage à l’accessibilité mobile garantit que le flux de travail de la chaîne d’approvisionnement est exempt de toute perturbation. De nombreuses entreprises suivent encore les heures de service sur des registres papier, mais avec l’avènement des applications mobiles, la supervision peut être effectuée pratiquement à tout moment et en tout lieu. Toutes les données pertinentes sont également rassemblées et consignées, ce qui permet d’accomplir de multiples tâches dans un délai relativement court.

Les plates-formes SCADA exploitées par des systèmes mobiles fonctionnent généralement de manière similaire, étant donné que de multiples processus de la chaîne d’approvisionnement peuvent être contrôlés ou surveillés à l’aide d’un appareil portable. Par conséquent, si votre entreprise exploite toujours des systèmes SCADA exclusivement par l’intermédiaire d’unités de contrôle sur place, il est conseillé d’intégrer l’accessibilité aux systèmes mobiles afin d’accroître l’efficacité.

Les systèmes SCADA, utilisés dans les chaînes d’approvisionnement garantissent une optimisation et des gains considérables. Il faut tout de même veiller à relever les défis imposés suite à leur instauration.

 

Solutions IIoT